L’ŒIL DE LA PAIX

2009 sebtember-october 004
Sur le quai du petit port de BANYULS, posé sur un socle de pierre
vous voyez cet œil de loin.
Il vous regarde et vous êtes attiré par la force que dégage ce regard. Les enfants le savent, ils s’approchent, le touchent, le caressent, palpent son triangle lisse et doux comme la peau du nouveau-né puis explorent l’autre côté, rugueux tourmenté. Que dit cet œil pour que certains osent mettre les doigts, la main, le bras dans sa pupille creusée ? Qu’y a-t-il donc à l’autre bout de ce tunnel ?
Un inconnu, un autre monde,une rencontre possible ?
Mais avec quoi, avec qui ? Le ciel peut-être, la mer, le vent, une lumière certainement, la lumière sans frontière ni limite, celle que cherche l’enfant car elle l’habite encore - mais il ne le sait pas - et elle le guide. Seuls les êtres sensibles comprennent cette quête
dans le regard de l’œuvre de FETIYE BOUDEVIN
le contraire du mauvais œil que redoutent tant de cultures. Cette sculpture de marbre gris planté sur le rebord de terre
de BANYULS invite à la bienveillance.
Elle raconte la paix des peuples, elle invite à la rencontre, à une possible réconciliation entre l’homme et son univers.
Nicole Ferry (Août 2011)